UFC-Que Choisir de Bourgoin-Jallieu

Assurances/Banques

Fraudes en ligne : un virus de plus en plus virulent

Alors que les paiements par carte bancaire « sans contact » et par Internet se sont imposés avec la crise sanitaire comme des mesures barrières pour freiner la progression de la Covid-19, l’UFC-Que Choisir vient de rendre publique une enquête exclusive qui montre que 30 % des fraudes ne sont pas remboursées par les banques.
En conséquence, et devant le risque accru d’escroqueries, l’UFC-Que Choisir  saisit les pouvoirs publics pour obtenir enfin le plein respect des droits des consommateurs. Parallèlement, elle met à leur disposition des outils pour les accompagner dans leurs démarches pour se faire rembourser.

Plus d’une arnaque sur deux commise en ligne

L’enquête a été réalisée entre le 2 et le 9 septembre 2020 auprès de 1535 consommateurs abonnés à la newsletter de l’UFC-Que Choisir, victimes de fraude au cours des douze derniers mois .

55% des fraudes déclarées ont été commises en ligne  et une majorité d’enquêtés  se disent méfiants lors d’achats sur internet.

Chaque consommateur reçoit son lot de fausses annonces de gain, de fausses livraisons, de fausses demandes de mises à jour d’organismes officiels etc ..etc.

Même l’identité de Que Choisir a été usurpée par l’intermédiaire de faux courriels renvoyant sur des sites frauduleux : prétendue infection de virus d’ordinateurs détectée, justifiant un nettoyage renvoyant vers un numéro surtaxé commençant par 09 !
Ne composez pas ce numéro, rien n’arrivera.

et il faut redoubler de vigilance

Ce qui caractérise les faux mails par exemple, c’est souvent l’adresse de l’expéditeur, une adresse banale, mais qui cache souvent une adresse usurpée pour masquer le véritable expéditeur.
Autre signe : la rédaction  du message (syntaxe) pas vraiment correcte et la forme du texte. Quand il s’agit d’un message provenant d’un organisme officiel (service public, grande entreprise) qui veut vous créditer d’une somme d’argent, l’hameçonnage (fishing) n’est pas loin !
Livraison annoncée, décès d’un proche, remboursement d’un trop perçu … l’imagination n’a pas de limites.
Prudence et n’ouvrez pas les liens proposés. Supprimez sans tarder le(s) courriel(s) en question.

Remboursement des victimes : trop de refus de la part des banques.

De l’enquête effectuée par Que Choisir, on peut constater que 38 % d’entre elles ne sont pas remboursées intégralement, et qu’il a fallu 25 jours en moyenne pour qu’elles soient remboursées.

Sur le plan de la sécurité de leurs transactions, 39% indiquent ne pas avoir accès au nouveau dispositif d’authentification forte.

Le rôle de la banque en cas de fraude

L‘indemnisation en cas de fraudes aux moyens de paiement n’est pas automatique, les banques manquant souvent à leurs obligations.

Mais la banque ne manque pas d’arguments pour refuser le dédommagement, mettant souvent en avant la « négligence » du client, et celui-ci doit alors batailler pour obtenir gain de cause :  30% ne sont pas dédommagés, et 8% ne l’ont été que partiellement.

 L’UFC-Que Choisir à vos côtés

Si votre compte a été piraté, prévenez tout de suite votre banque et faites opposition sur votre carte bancaire.
La loi ne vous oblige pas à déposer plainte pour être remboursé.
En cas de litige avec votre banque, vous pouvez nous contacter.

Retrouvez la totalité de l’enquête dans Que Choisir de Novembre 2020