UFC-Que Choisir de Bourgoin-Jallieu

Environnement-déchets

COVID 19 et Déchets : soyons acteurs de la réduction des déchets

Avec la crise sanitaire, et les risques importants de contagion, les déchets issus des produits de protection (Masques, gel hydroalcooliques, lingettes  ..etc) sont apparus en masse, et par conséquent apportent une augmentation de traitement ou de tri des déchets.
Point critique : on continue à déplorer la dispersion des masques « jetables » sur les voies et lieux publics amenant une réaction générale de réprobation de la population, et des pouvoirs publics, conduisant parfois à la verbalisation des contrevenants.

Dans la mesure du possible, limitons les déchets, en choisissant si possible des produits lavables ou recyclables.
Préférez les masques en tissus (fabriqués soi même), qui supportent plusieurs cycles de lavage et qui en fin de vie pourront être recyclés.
Quant aux produits jetables, on retrouve toute la problématique des déchets ménagers, qui finiront en incinération ou en enfouissement. A noter quand même le test relatif au lavage des masques chirurgicaux « jetables » réalisé par Que Choisir  , qui permet d’allonger la durée de vie d’un masque « jetable ».
Le cas des lingettes
Désinfecter durant l’épidémie de coronavirus, c’est légitime et même indispensable.
En revanche, jeter lingettes et gants jetables dans la cuvette des WC, c’est irresponsable et ça pourrait finir par coûter cher.
Rappelons donc que ni les lingettes, qu’elles soient désinfectantes ou pas, ni les gants jetables ne sont biodégradables. Même quand les fabricants indiquent « biodégradables » ou « compatibles tout-à-l’égout », c’est faux.
Les services chargés des stations d’épuration en font la triste expérience avec de fréquentes interventions pour déboucher les canalisations, ou les installations obstruées. Polluer l’environnement quand les amas de lingettes et de gants mettent la station d’épuration provisoirement hors-jeu, c’est grave et cela à un coût qui pourrait aussi se répercuter indirectement sur votre facture d’eau.
Soyons acteurs de la collecte des déchets « sanitaires » et sauvages
Dans de nombreuses communes, peut-être aussi en raison du confinement, on observe une prise de conscience de personnes, de petits groupes ou d’associations qui ont pris de nombreuses initiatives de nettoyage de leur proche environnement, de quartiers et de lieux publics pour améliorer leur (notre) cadre de vie. Remercions les puisqu’ils agissent de façon anonyme et désintéressée.