UFC-QUE CHOISIR DE BOURGOIN JALLIEU

Santé/Bien être

Glyphosate : l’émission d' »Envoyé spécial » qui fait mouche !

Le 19 janvier , France 2  diffusait l’émission « Envoyé spécial »  avec pour thème  » Glyphosate : comment s’en sortir ? »

Une émission qui tenait en haleine près de 3 millions de télespectateurs : pendant plus de deux heures, la journaliste Elise LUCET, à son habitude, démontrait les mécanismes utilisés par le fabricant du »Roundup » pour manipuler l’opinion des pouvoirs politiques, et le lobbying exercé auprès des autorités européennes et mondiales.
Sur le plan politique, elle s’interrogeait sur le pourquoi du non-vote des députés français sur l’inscription dans la loi de l’interdiction du glyphosate comme  Emmanuel Macron l’avait pourtant annoncé vouloir en sortir.
La confrontation des deux agricultures « classique » et « bio » devait aussi alimenter le débat.

Pour marquer les esprits, le « glyphotest »pratiqué auprès de citoyens et de personnalités

Pour démontrer que l’herbicide est partout, y compris dans notre corps,  « Envoyé spécial » avait demandé à des citoyens, parents, enfants, mais aussi des personnalités comme Laure Manaudou, Julie Gayet, Jamel Debbouze, Lambert Wilson, Lilian Thuram et beaucoup d’autres, de fournir un échantillon d’urine, ensuite analysé par un laboratoire indépendant. Avec des résultats surprenants et des réactions stupéfaites des intéressés.

Pour autant, les traces d’herbicides sont-elles représentatives d’une intoxication à grande échelle ?

Manipulations autour du glyphotest

En effet, si le taux mesuré dans les urines sont réels, ils n’a rien d’« énorme ».

Selon la journaliste Géraldine Woessner: « Il est 714 fois inférieur à la limite admise pour l’eau potable », et qui insiste sur le fait qu’il n’est pas du tout pertinent de le comparer, comme le fait Envoyé Spécial, avec la norme de qualité de l’eau potable. « Il s’agit d’un seuil administratif, indépendant de tout seuil sanitaire de toxicité et identique pour tous les pesticides. Il signale simplement que l’eau n’est pas pure et que sa qualité est altérée… ».

Mais les manipulations existent de tout bord, puisque cette journaliste elle-même conteste les études liant glyphosate et risques de cancer…

Monsanto poids lourd des pesticides et spécialiste des infos en kit

C’est ainsi que journal Le Monde, qualifiait le 31 janvier 2019 les agissements de la société Monsanto (Bayer) dans ses opérations de manipulation de l’opinion.
« Le Monde »  au travers de la dernière livraison des « Monsanto Papers » montre comment l’entreprise tente de décrédibiliser les chercheurs et organismes qui lui déplaisent.
Voir l’ article du Monde.

Rappel de la position de l’UFC-Que Choisir

L’UFC-Que Choisir et les 33 organisations cosignataires , s’appuyant sur   le principe de précaution,  demandent au gouvernement de prendre les mesures nécessaires pour interdire le glyphosate au plus tard dans trois ans.
Rappelons que le glyphosate a été classé parmi les cancérogènes probables chez l’être humain en 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), agence de l’Organisation mondiale de la santé. La France doit sortir du glyphosate comme annoncé, avec un plan d’accompagnement adapté pour les agriculteurs.